La Scène
PLANIFICATEUR

Parures de fête : Splendeurs des tapisseries

PARURES DE FETES : SPLENDEURS DES TAPISSERIES DES COLLECTIONS DE SAUMUR

Abbaye Royale de Fontevraud
19 septembre - 10 novembre 2019 

Les tapisseries sont connues depuis l’Antiquité, mais ce n’est qu’à partir du XIIe siècle en Occident que l’on en conserve des témoignages : elles ont alors la particularité d’être de dimensions importantes, faites pour habiller les murs, en rupture avec la tradition copte des œuvres de petites dimensions. A la fin du XIVe siècle, sous l’influence conjuguée du duc d’Anjou Louis Ier et de son frère Philippe le Hardy, duc de Bourgogne, la tapisserie acquiert des dimensions monumentales.

Qu’elles soient destinées aux demeures ou aux églises, ces tentures ne sont exposées qu’à l’occasion de grands évènements comme de véritables parures de fêtes. Leur usage peut alors aussi se faire à l’extérieur. Dans l’abbaye de Fontevraud même, on conserve le souvenir et quelques éléments d’une tenture de l’Apocalypse, réalisée au début du XVIIe siècle pour Louise de Bourbon. Non loin de là, les Saumurois se passionnent pour cet art et en 1790 les églises, couvent et abbayes se parent de plus de 102 pièces. Malgré les disparitions importantes qui eurent lieu durant l’époque révolutionnaire, la Ville peut encore aujourd’hui se targuer de pouvoir présenter 70 pièces. Bon nombre sont issues de commandes précises et sont ainsi des exemplaires uniques.

EXPOSÉES FOIS CÔTE À CÔTE POUR LA PREMIÈRE FOIS

Depuis 25 ans, la Ville de Saumur, avec l’aide de l’Etat et du Département, s’est attachée à restaurer ce patrimoine et à en confier l’étude à des spécialistes, universitaires ou conservateurs. Cependant, aucune salle ne permet de toutes les exposer à la fois car elles se déploient sur plus de 200 m de long. Le grand dortoir de l’Abbaye Royale de Fontevraud avec ses dimensions impressionnantes permet pour la première fois d’en exposer plus de la moitié (39), permettant ainsi des confrontations inédites. Cette exposition pourra être organisée grâce à la participation exceptionnelle de la Ville de Saumur et du Département de Maine-et-Loire.

Les plus anciennes des tapisseries des collections de Saumur remontent au XVe siècle, époque fastueuse où les œuvres relèvent d’un art majeur et non pas des arts décoratifs. Au XVIe siècle, plusieurs tentures sont commandées, faisant preuves d’un souci de lisibilité associé à l’engouement pour une palette chromatique riche. De façon exceptionnelle, Saumur rassemble le plus grand nombre de tapisseries réalisées dans un atelier de Tours qui exerça pendant une trentaine d’années à partir de 1520 avant de renaître au XVIIe siècle. Cette exposition permettra d’apprécier la qualité de ce centre artistique méconnu dont on ne pourrait se faire une idée nulle part ailleurs. Le XVIIe siècle voit la commande de tentures, récemment identifiées, où Aubusson occupe une grande place. Enfin, se démarquant des simples verdures, plusieurs œuvres du XVIIIe siècle mais aussi du XXe siècle, avec une œuvre de Lurçat, montreront comment la tapisserie s’empare de l’évocation de la nature, introduisant dans les maison l’idée du paysage, de la flore et de la faune.

L’exposition s’organise en plusieurs thèmes dans une suite cohérente s’accordant pour l’essentiel à un déroulement chronologique qui assure une progression harmonieuse.

SYNOPTIQUE

En préambule, des explications illustrées présenteront la technique de la tapisserie, le contexte de leur création et de la constitution des collections lissières de Saumur. Elle sera agrémentée d’une tapisserie créée pour Fontevraud durant le 1er tiers du XVIIe siècle, représentant Saint Louis.

I - Reflets de la vie médiévale

Ce thème regroupe trois tentures du XVe siècle qui évoque la culture à la fin de l’époque médiévale à travers les romans, les textes antiques et la vie seigneuriale. 

            Tenture des Sauvages, vers 1470 (3 pièces)
            La chasse au faucon, 1440-1450 (1 pièce)
            Tenture de la Vengeance de Notre-Seigneur, vers 1470 (2 pièces) 

II - Une tenture de chœur à double lecture

En 1524, l’abbé de Saint-Florent de Saumur commande une exceptionnelle tenture de chœur à un atelier parisien, pour illustrer la vie du saint fondateur de l’abbaye. Cependant, l’hagiographie du saint où le fabuleux semble avoir une large place, n’est en réalité qu’un support à une illustration christique montrant l’actualité de son message et servant à faire réfléchir au sens de la vie.

            La vie de saint Florent, 1524 (9 pièces)

III - Légendes de la Vierge et poésie du Christ

A la fin du XVe siècle et durant le premier tiers du XVIe siècle, un ensemble de tapisseries illustre la vie de la Vierge en fonction de textes apocryphes : ainsi son enfance comme sa mort sont rapportées ou encore son apparition à des bergers. A cette vision bienheureuse vient en pendant une conception poétique de la naissance et de la mort du Christ, au travers de deux grandes tapisseries de la généalogie et de la Nativité et d’une autre portant à réfléchir sur la Passion, au travers de textes accompagnant des anges porteurs des instruments de la Passion.

La particularité de cette section est de pouvoir présenter simultanément deux grandes tapisseries, d’une même tenture (L’arbre de Jessé et l’Enfance de la Vierge) réalisées en 1528-1529 et qui forment un lien avec la section suivante, par leur décor et vraisemblablement leur lieu de production sans doute à Tours. Elles n’ont jamais été présentées depuis le XIXe siècle en regard l’une de l’autre.

Une tenture a été récemment identifiée comme étant une commande de l’église Notre-Dame de Nantilly de Saumur à Aubusson (Vie du Christ). Ce fait est notable, car si l’ensemble des tapisseries des églises de Saumur provient bien de ces lieux dès l’origine, rares sont celles qui sont documentées de manière précise depuis leur création. Par ailleurs, cette tenture a bénéficié d’une restauration originale et novatrice qu’il pourrait être intéressant de faire remarquer aux visiteurs.

            L’Enfance de la Vierge et l’Arbre de Jessé, 1528-1529 (2 pièces)
            La Dormition, 1er tiers XVIe siècle (1 pièce)
            Les anges louant la Vierge, vers 1530 (1 pièce)
            L’apparition de la Vierge, 1er tiers du XVIe siècle (1 pièce)
            L’adoration des bergers, 1500-1520 (1 pièce)
            Les anges porteurs des instruments de la Passion, fin XVe siècle (1 pièce)
            Tenture de la Vie du Christ : la Nativité et la Circoncision, 1619 (1 pièce)
            Tenture de la Vie de la Vierge, 2e moitié XVIIe siècle (3 pièces) 

IV - Tapisseries tourangelles au XVIe siècle

Saumur possède le plus important nombre de tapisseries réalisées dans l’atelier de Tours au XVIe siècle. Cette particularité exceptionnelle est bien documentée entre 1537 et 1546. La Vie de saint Pierre conserve dans sa composition le souvenir de la disposition initiale des stalles du chœur de l’église Saint-Pierre de Saumur (modifiée par deux fois au XVIIIe et au XIXe siècle).

            Vie de saint Pierre, 1546 (6 pièces)
            Scènes de la vie de saint Pierre, 1537 (1 pièce) 

V - Le temps de l’allégorie

Cette dernière section renoue avec un aspect flamboyant des tapisseries au travers des cartons Charles Lebrun, François Desportes ou Jean Lurçat : il s’agit ici des tenants d’un renouveau de l’art licier à différentes époques. Derrière les enfants jardiniers se cachent les saisons, derrière la nature charmante se cache la jungle, pendant que la prise de Jéricho s’apparente à une poétique promenade champêtre.

            La prise de Jéricho, 1560-1580 (1 pièce)
            Les enfants jardiniers, après 1717 (le grand printemps, 3 pièces)
            Selva, 1959 (1 pièce)

 

Exposition organisée par l’Abbaye royale de Fontevraud, en partenariat avec la Ville de Saumur et le Département de Maine-et-Loire