La Scène
PLANIFICATEUR

Patrimoine campanaire et Grande Guerre en Anjou : Quand les cloches commémorent les soldats

THIERRY BURON
Conservateur délégué des Antiquités et objets d’art
(Conservation départementale du patrimoine de Maine-et-Loire) 

De tout temps, le patrimoine campanaire a été impliqué dans les conflits : tocsin, appel à la mobilisation, destruction lors des bombardements ou incendies, réquisition, fête de la victoire… 

En revanche, nous ignorons qu’après la Première Guerre mondiale, des prêtres et des paroissiens ont manifesté la volonté de commémorer le souvenir des soldats morts en inscrivant leurs noms sur les parois des bronzes. Dans le Maine-et-Loire, l’inventaire exhaustif des cloches paroissiales a identifié quatorze cloches, qui remplissent ce rôle.

Chaque démarche étant autonome, ce travail de mémoire revêt un caractère polymorphe : ex-voto, monuments aux morts sonores, douleur familiale...

Face aux monuments civils et républicains, élevés sur les places publiques, ces instruments affirment dans le paysage sonore la volonté de l’Eglise catholique de prendre part aux commémorations de la Première Guerre mondiale et aux familles d’afficher un acte de foi.

Réservation obligatoire au +33 (0)2 41 51 45 11 

Lieu : Chapelle Saint-Benoît
Gratuit dans le cadre du droit d’entrée